20 septembre 2009

Aloysius Bertrand, Arcimboldo et Kreisler

Petite anthologie poétique du dimanche II    C'est dimanche ! Alors aujourd'hui, je vous propose un poème de saison d'Aloysius Bertrand : Quand le raisin est mûr, par un siel clair et doux,                                                                            ... [Lire la suite]
Posté par Anonyme du XXIe à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 septembre 2009

Giono, Rodin, Vivaldi

Petite anthologie poétique du dimanche I    Puisque je ne sais définitivement pas écrire, nouveau contenu pour la rubrique "texte" : tous les dimanches, je proposerai une poésie ou un extrait de texte que j'ai ressenti comme particulièrement poétique ; que j'assortirai si possible d'un tableau et d'un morceau de musique. On commence donc par la description du hêtre au début de Un roi sans divertissement de Giono. C'est un extrait un peu long, mais il est impossible à couper, ce serait tout gacher.    "Les arbres... [Lire la suite]
Posté par Anonyme du XXIe à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 août 2009

Courant d'air

   Un autre petit texte que j'avais envoyé à un concours (L'Encrier renversé) et qui n'a à nouveau - et sans surprise - pas suscité l'enthousiasme du jury. Il s'agit au départ d'une nouvelle écrite pour une amie sur le thème "histoire de fantôme", titre que j'ai changé en "Courant d'air" pour le concours de nouvelles.   Vous êtes contre ce fauteuil, un peu dur, rêche, ayant déjà trop vécu, laissant de petites peluches cotonneuses contre votre vêtement. Vous êtes bien, comme imprégné de chaleur ;... [Lire la suite]
Posté par Anonyme du XXIe à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juin 2009

Poème d'automne

   Héhé mais qui voilà ?! Bientôt, je referai des mises à jour, mais je n'ai pas trop trop le temps en ce moment...    Pour vous faire patienter, voici un poème qui n'a pas gagné au concours de poésie de la Sorbonne. C'est un poème de fin d'automne bien sûr, parce que ce n'est pas de saison. Bientôt un poème d'été, enfin, dès que j'aurais le temps et dès que je me déciderai à vous le montrer !     Sous la mousse d'un arbre, vous vous êtes couché ; la râpe de son écorce contre votre joue, la bosse d'une... [Lire la suite]
Posté par Anonyme du XXIe à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]